Commandes d’écriture

Maison de la Poésie de Saint-Quentin-en-Yvelines

Exposition Muscles et mots en rythmes – Portraits de Pongistes
2008

Printemps des Poètes

Commande d’un poème sur le thème de la Ville
Affichage dans les rues parisiennes
2005

Musée de la chasse et de la nature pour les Souffleurs commandos poétiques

Paris
novembre 2015
 
« Salon de Chasse » est un face-à-face de salon entre proies et prédateurs dans le cadre de l’installation-performance « Heaume-Animal, Gesticuler une Pensée du Monde ». La performance se déploie dans une forêt de « morsures sonores poétiques » commandées pour l’occasion, par Poésie is not Dead et les Parvis Poétiques, auprès d’une vingtaine de poètes francophones contemporains.
 

Crédit photo / Quennefer

Sakura Zensen pour les Souffleurs commandos poétiques

Transhumance poétique assujettie aux caprices des fleurs
avril 2013

Déploiement d’un répertoire poétique bilingue contemporain selon l’avancée du front de floraison des cerisiers du sud au nord du Japon (2000km). Souffleurs français et japonais délivrèrent les poèmes commandés aux poètes français et japonais.

Faudrait-il bégayer jusqu’à sa peau quand les nuits se rêvent jeunes ?
Désempiler les nombres devrait pouvoir se commettre ou se hasarder au réveil, dans l’indolence, comme on saute à rebours sur le trottoir depuis le caniveau.
Les jours nous font envie. On s’éclabousse de lumière.
On regarde au mur les briques et l’on se demande comment elles aussi s’abîment.
L’usure nous devance dans le défait des peaux.
On veut croire à la surface dure qui propulse vers l’envol – la terre s’amollit, le pas s’enfonce captif de son moule.
Sur ma face des jours entiers se succèdent, je refuse qu’on me les nie. Mon devenir m’usera jusqu’au bout.
Mais où est la corde tendue sur laquelle courir à petits pas, la bouche ouverte de surprise ?
 
エレーヌ・ランスコット作
 
夜が若くなる自分を夢みているときに、皮膚まで口ごもらなくてはならないのか?
積み重なった数を崩すには、側溝から歩道に飛び上がるように、物憂げに、目覚めたとき危険に身をさらし、思いきった行動をとれるようでなければならない。
一日一日が私たちの気をそそる。私たちは光を跳ねかけ合う。
壁の煉瓦を見て、煉瓦までが傷むのはなぜだろうと思う。
時の作用は皮膚の劣化となって私たちを打ち負かす。
高く飛ぶための硬い跳躍台があると信じたい――しかし地面は柔らかくなり、踏み出した足は沈み込んで動かせない。
私の顔の上を歳月が経過する。そのことを否定してもらいたくない。生の法則は徹底的に私を破壊するだろう。
それにしても、小股で走るうちに、驚いてぽかんとしながら切ることになるゴールテープはいったいどこにあるのだろう?